Accueil > Que faisons-nous ? > Publications > Bulletins de l’IAG > 50 ans d’indépendance : faire le bilan pour mieux avancer - Septembre (...)

50 ans d’indépendance : faire le bilan pour mieux avancer - Septembre 2010

Ce mois d’août 2010 aura été chargé symboliquement pour le continent africain : neuf pays ont fêté leurs cinquante ans d’indépendance. Cette édition de rentrée compte exceptionnellement plus de pages que les précédentes, puis-qu’elle se veut le témoin de ces anniversaires.
Tout au long de l’année 2010, l’Institut Africain de la Gouvernance a demandé à des auteurs de référence de contribuer aux commémorations par la production d’articles sur les différents pays. Il s’agissait dans chacun de retracer les évolutions politiques, socio-économiques et culturelles des États et sociétés, issus de ce moment charnière, et de les inscrire dans un contexte de Gouvernance de Développement.

Bien plus que de faire le bilan des années passées, l’ambition de l’IAG est d’offrir un regard réflexif sur ces années, avec une double perspective : d’abord,
évidemment, celle de faire l’état des lieux de la gouvernance dans ces différents pays, mais surtout, se positionner dans un mouvement proactif, afin, d’engager le chantier des années à venir. Si la Gouvernance de Développement peut se définir comme un « processus multisectoriel produit d’interactions multi-acteurs (institutions publiques, acteurs privés, sociétés civiles, individus,...) à différentes échelles de territoire (local, national, régional, continental et international) en vue d’une refondation de l’Etat en Afrique », il ne faudrait pas en oublier la dimension socio-historique. C’est en répondant à la question « d’où venons-nous ? » que nous construirons les premiers éléments de réponse du « où allons-nous ? ».
C’est ce travail de réflexion qui a été mené ces derniers mois, du bulletin numéro 5, avec l’anniversaire du Sénégal, à l’édition de juillet (Madagascar, Somalie, RDC). Il se poursuit ici au Bénin, au Niger, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Tchad, en République du Congo, au Gabon et au Mali (manque ici la République Centrafricaine), avant de laisser place à une réflexion plus vaste et panafricaine, pour mieux engager ce travail proactif.
Dans une même logique de bilan et d’analyse des construits socio-historiques, la revue de l’aide et le principe de mutualité apparaissent tout aussi nécessaires à l’engagement d’un tel chantier. Ce mois-ci, la rubrique Perspectives ouvre donc sur les enjeux de la revue mutuelle et de la redevabilité de l’aide dans le contexte du MAEP et des programmes nationaux.

Publié le 10 septembre 2010

Suivez nos tweets Suivez nous sur facebook Google+