Accueil > Actualités > Presse > Compte rendu du panel de réflexion autour du thème « Jeunesse et (...)

Compte rendu du panel de réflexion autour du thème « Jeunesse et Développement »

Dans le cadre de leurs programmes de dialogue politique avancé et de réflexion opérationnelle pour une gouvernance de développement en Afrique, l’IAG et l’IDEP ont organisé le 17 Octobre 2011, en partenariat avec le Conseil Économique et Social du Sénégal, un panel de réflexion autour du thème ‘Jeunesse et développement’.

Présidée par Son Excellence Monsieur Lamine Keita, Ministre de la Jeunesse et des loisirs de la République du Sénégal, la rencontre visait trois objectifs principaux :

  • Permettre une approche compréhensive de la thématique ‘Jeunesse et développement’ ;
  • Réfléchir à l’impact de la thématique ‘Jeunesse et développement’ sur les politiques publiques à mettre en œuvre et permettre ainsi au Conseil Économique et Social de renforcer ses capacités dans son rôle d’initiateur d’innovations et d’agent du changement pour le développement ;
  • Identifier les axes d’une feuille de route permettant d’approfondir la réflexion engagée.

Réunissant une soixantaine de participants (conseillers économiques et sociaux, parlementaires, représentants d’organisations de jeunesse, membres de la société civile, représentants de structures nationales d’encadrement des jeunes, chercheurs, universitaires, experts, ….), la rencontre a vu son écho amplifié par sa tenue le jour de la célébration de la ‘journée internationale pour l’élimination de la pauvreté’ dont le thème pour 2011 est, comme l’a rappelé le Prof. Adebayo Olukoshi – Directeur Exécutif a.i. de l’IAG, « De la pauvreté à la viabilité : les personnes au sein d’un développement sans exclusion ».

A cet égard, le Vice-président du Conseil Économique et Social du Sénégal, M. Mademba Sock, a noté que trois objectifs devaient être poursuivis : le soutien à l’épanouissement du potentiel de la jeunesse, la contribution à l’amélioration de ses conditions de vie, le renforcement de sa participation à la prise de décision politique.

Trois interventions principales ont alimenté la réflexion des participants. Celle du Dr. Makha Dado Sarr, Ancien Secrétaire Exécutif Adjoint de la CEA et Personne Ressource de l’IAG, portant sur le thème ‘L’économie politique comme cadre de compréhension de la problématique de la jeunesse comme enjeu majeur de développement’ ; celle du Pr. Ibrahima Thione Diop, Directeur du CREA, sur ‘les instruments/outils d’économie politique permettant une analyse proactive de la thématique jeunesse et développement’ ; celle enfin de Mme Couty Fall, Coordinatrice du Projet régional pour l’emploi des jeunes – PNUD CRD, consacrée au ‘Plan national d’action pour l’emploi des jeunes : un outil de cohésion sociale’.

Au terme des communications des panelistes, et suite à des échanges de haute tenue modérés par le Président du Panel, les participants se sont félicités de la mise en place de tels interfaces de dialogue multi-acteurs et se sont accordés sur quatre points.

D’une part, l’importance de l’économie politique pour avoir une approche compréhensive des enjeux de gouvernance saillants. D’autre part, la nécessité d’intégrer la dynamique démographique, celle des relations État/société ainsi que les jeux et stratégies d’acteurs qu’elles infèrent dans des environnements marqués par des inégalités dans la répartition de la richesse comme pistes analytiques de la thématique ‘jeunesse et développement’.

Enfin, la centralité de l’emploi des jeunes comme moteur de toutes les politiques publiques de développement. Quelques pistes ont à cet effet été avancées pour tenter d’aborder de manière globale cet enjeu de gouvernance multisectoriel : sortir des approches normatives et des réponses institutionnelles classiques, souvent injonctives, pour adopter une perspective proactive intégrant une évaluation fine du marché du travail au Sénégal et dans les pays Africains, une évaluation critique et participative de l’offre de formation (intégrant dans sa conduite les jeunes et les populations défavorisées), la professionnalisation des curricula, le recours à l’alternance scolaire, l’introduction de la validation des acquis de l’expérience, celle du recrutement par habilités et simulation en tenant compte de la demande réelle du marché du travail et des mutations des professionnalités, le renforcement de la communication autour des plans d’action nationaux pour l’emploi élaborés,…..

Le panel s’est achevé avec l’expression du vœu que soit mis en place un dispositif de suivi/évaluation des plans nationaux d’action pour l’emploi, dans lequel les conseils économiques et sociaux auraient un rôle à jouer.

Publié le 19 octobre 2011

Suivez nos tweets Suivez nous sur facebook Google+