Accueil > Programmes > Architecture africaine de la gouvernance > Plateforme Africaine de la Gouvernance > Définition, nature, structure et objectifs

Définition, nature, structure et objectifs

Définition, nature, structure et objectifs

En tant que mécanisme important de l’AAG, il est prévu que la Plateforme agisse comme le moteur ou le « catalyseur » d’une meilleure coordination et complémentarité entre les institutions et initiatives de gouvernance existantes. Ainsi, elle constitue la branche opérationnelle de l’AAG dans son ensemble, tel que prévu dans le schéma ci-dessous.

Le rôle de la Plateforme est de faciliter l’échange d’informations, le dialogue, les synergies et les actions conjointes entre les différents acteurs africains de la gouvernance. Les résultats de ces interactions devraient se traduire dans des propositions concrètes qui seront soumises aux organes compétents pour examen et prise de décision, conformément aux lois et règlements établis. La plateforme n’est nullement supposée reprendre le mandat ou le travail des organes/institutions, ni agir comme un organe de prise de décision.

La Plateforme est conçue pour fonctionner comme une structure informelle et ne constitue pas une nouvelle structure de l’UA. La Plateforme devrait essentiellement être considérée comme un « espace » ouvert au dialogue et à une coordination stratégique entre les différents acteurs africains de la gouvernance, qui demeurent tout à fait indépendant. La simplicité et le caractère informel de la Plateforme devrait également aider à garantir la flexibilité dans les opérations et assurer la pertinence et "efficacité de la mise en place à tester dans la pratique.

Objectifs de la Plateforme

En gardant à l’esprit les mandats respectifs des différents acteurs africains de la gouvernance (UA, CER, États membres), la Plateforme se présente comme un mécanisme informel, flexible et dynamique-permettant d’assurer diverses fonctions interdépendantes :

  • Promouvoir un échange systématique d’information portant sur la question ’qui fait quoi’ en matière de gouvernance au niveau du continent africain. A ce jour, un nombre important d’initiatives sont conduites par les différents acteurs (institutionnels) de la gouvernance, à divers niveaux (continental, régional, national et local). L’échange d’information est un premier pas crucial pour assurer une meilleure coordination et complémentarité.
  • Améliorer le dialogue entre les acteurs africains de la gouvernance. Bien qu’il existe des structures de collaboration et de coordination ad hoc entre les diverses institutions et initiatives dans le secteur de la gouvernance, il n’y a pas de cadre pour informer et formaliser des engagements prévisibles et durables. Les institutions existantes et les initiatives en matière de gouvernance en Afrique ont émergé en réponse directe à plusieurs mandats et pas nécessairement comme résultat d’une approche délibérée et coordonnée répondant à la vision de la gouvernance. Les mandats, statuts et règlements des diverses institutions ne définissent pas encore une division claire du travail et de la création de synergies. La Plateforme devrait fournir un cadre de dialogue et de collaboration plus systématiques entre les acteurs concernés par l’AAG.
  • Faciliter l’élaboration d’agendas de la gouvernance partagés. En se basant sur une meilleure circulation de l’information et un dialogue renforcé, la Plateforme devrait fonctionner comme un organe « de réalisation » d’un agenda de la gouvernance partagé entre les divers acteurs de la gouvernance autour de défis ou thèmes spécifiques. Ceci comprend la nécessité de définir une division optimale des tâches entre les divers acteurs sur la base de leurs mandats respectifs et des avantages comparatifs.
  • Renforcer la capacité du continent africain à parler d’une seule voix sur les questions de gouvernance au niveau des fora internationaux et des processus de dialogue avec les partenaires. La Plateforme pourrait être utilisée pour développer des positions africaines sur des questions clés de la gouvernance à travers un processus consultatif. Cela pourrait peut-être aider l’Afrique à se faire entendre et à s’engager plus fermement auprès de ses partenaires.
  • Renforcer l’efficacité, l’efficience et l’impact des efforts de gouvernance. L’AAG et la Plateforme sont des moyens de protéger et de vulgariser les acquis en matière de gouvernance et de démocratie des deux dernières décennies. La Plateforme devrait par conséquent être utilisée pour faciliter le un suivi effectif des progrès réalisés et renforcer responsabilité globale des organes de l’UA, des CER et des États membres, pour l’exécution effective des conclusions en matière de gouvernance (en collaboration étroite avec les organes de l’UA officiellement dotés du mandat d’assurer le suivi et la conformité).

Même si la Plateforme est un mécanisme d’interaction pour assurer la coordination, ses objectifs stratégiques vont au-delà de la nécessité d’entreprendre des actions coordonnées et intégrées dans le domaine de la gouvernance. Dans le cadre de la Plateforme, la coordination, l’harmonisation et la formalisation des interactions devraient être perçues comme une réponse stratégique au défi de l’internationalisation et de la mise en œuvre de l’Agenda de la Gouvernance ainsi que du renforcement des capacités des institutions qui constituent l’AAG.

Publié le 9 décembre 2010