Accueil > poubelle > FR > Recherche opérationnelle

Recherche opérationnelle

Un des objectifs principaux du plan d’action de l’IAG est d’ancrer l’institut dans le paysage de la recherche opérationnelle sur la gouvernance de développement en Afrique.

Un des objectifs principaux du plan d’action de l’IAG est d’ancrer l’institut dans le paysage de la recherche opérationnelle sur la gouvernance de développement en Afrique.

L’opportunité pour l’IAG de déployer un programme de recherche opérationnelle avancée est à noter : plus que jamais, à une époque marquée par l’importance des savoirs, les décideurs politiques à travers l’Afrique ont besoin d’analyses rigoureuses appuyées sur des bases factuelles solides pour les aider dans la prise de décision et la conduite de l’action publique. De plus, avec la reconstruction des institutions publiques dans la perspective de la mise en place d’un État développementaliste en Afrique, de nouveaux besoins et enjeux de recherche émergent et doivent être pris en charge par les Africains pour les Africains. L’IAG a pour mandat d’y contribuer en tant qu’institution panafricaine au service des gouvernements, des organisations régionales et continentales, des partenaires au développement et des autres parties prenantes de la gouvernance de développement en particulier les Acteurs Non Étatiques. Ainsi, les études menées ou coordonnées par l’IAG contribueront à la consolidation de la recherche-politique africaine pour un développement effectif. Enfin, les capacités pour l’Afrique de parler d’une seule voix dans les débats sur le développement seront renforcées, notamment sur des questions telles que la construction d’un État démocratique, capable et responsable en Afrique ; la réforme des administrations publiques ; la reconfiguration de l’architecture internationale du développement et de la gouvernance du système économique international ; ... Une solide base de recherche à l’IAG pourra également étayer le travail de renforcement des capacités entrepris par l’Institut dans un environnement africain et international marqué par de profondes transformations socio-économiques.

Le programme de recherche opérationnelle avancée qui est engagé par l’IAG sera principalement inspiré et ancré à l’Agenda de Gouvernance Africain. De cette façon, la recherche opérationnelle à l’IAG évitera toute généralisation et, dans le même temps, se révélera pertinente en apportant des idées et réponses concrètes aux demandes et problèmes de gouvernance auxquels les États, peuples et institutions d’Afrique sont confrontés. Le programme de recherche opérationnelle aura également pour objectif d’apporter une compréhension africaine à des processus de développement global, en particulier là où existe un besoin pour une articulation entre perspectives scientifiques et acteurs politiques.

Caractérisé par une approche inductive, le travail de recherche sera effectué par des équipes mixtes de consultants, chercheurs de haut niveau et responsables politiques. Les produits qui en découleront comprennent des livres, monographies, articles de revues, mémoires de recherche et notes d’orientation. Ces produits seront publiés à la fois dans les formats d’impression traditionnelle et à travers différents supports numériques. Au moins trois nouveaux projets de recherche opérationnelle avancée seront organisés annuellement.

Le programme de recherche opérationnelle avancée de l’IAG est entrepris en étroite collaboration et en partenariat avec la Commission de l’UA (en particulier le Département des Affaires Politiques en charge des questions de gouvernance) ; la Division de la Gouvernance et de l’Administration Publique de la CEA ; la Division de la Gouvernance Économique et Financière de la BAD ; l’IDEP ; le MAEP ; les Communautés économiques régionales (CER) ; les autorités nationales des pays Africains compétentes sur les questions de gouvernance ; les organismes spécialisés dans les aspects sectoriels ou transversaux de la gouvernance de développement en Afrique. Des partenariats seront établis avec des organismes panafricains de recherche et renforcement des capacités, des universités nationales et des centres d’étude ou de recherche de haut niveau à travers le continent. Par ailleurs, les partenariats stratégiques seront poursuivis avec des institutions telles que ECDPM, FOSI, TrustAfrica et Transparency International. De même, des mesures proactives seront prises pour mettre en place des partenariats de coopération avec AFRIMAP, le PNUD, CABRI, l’ATAF, l’OBI et d’autres organismes de référence dont les mandats intègrent de manière importante la question de l’effectivité du développement et de la gouvernance. Enfin, d’autres institutions non gouvernementales actives dans le domaine du développement et dont les travaux permettent de renforcer le savoir opérationnel en matière de gouvernance de développement seront également pour l’IAG la cible de partenariats de coopération.

En lien étroit avec les programmes de recherche opérationnelle, le renforcement des capacités des institutions et des individus est une des tâches assignées à l’IAG dans son mandat. Le renforcement de la capacité intègre les questions de la mise en œuvre des décisions, politiques et meilleures pratiques dans les différentes composantes de la gouvernance de développement ainsi que leur suivi et leur évaluation : il s’agit là des plus grands défis auxquels sont confrontés les pays africains en matière de résolution des problèmes de réduction de la pauvreté et accès au développement effectif, durable et légitime. Avec la crise économique internationale et la formulation par les partenaires au développement de nouvelles modalités de l’aide (NAM), les exigences pour une gouvernance démocratique responsable s’accroissent en même temps que la nécessité d’un renforcement de la redevabilité vis-à-vis des citoyens. Pour les différentes parties prenantes de la gouvernance de développement, le défi quotidien qui se pose est celui de la maîtrise de ces changements (voire de leur anticipation) et de la capacité à y réagir avec pour objectif ultime l’effectivité du développement des États et peuples d’Afrique. Il est dès lors nécessaire qu’un espace de renforcement des capacités proactif et à vocation continentale leur soit offert, afin de leur permettre notamment d’acquérir, renouveler et/ ou actualiser et partager leurs connaissances et expériences. Le programme de renforcement des capacités permettra par là même aux décideurs et praticiens africains de la gouvernance de développement de se constituer en réseaux de savoirs et de pratiques.

L’IAG a choisi de se positionner sur quelques thèmes spécifiques et ciblés pour éviter le chevauchement avec ce qui existe déjà et ancrer ses programmes de recherche opérationnelle et de renforcement des capacités dans l’Agenda pour l’effectivité du développement et l’Agenda Africain de gouvernance. Il s’agit notamment de :

- l’évaluation des instruments de promotion de la gouvernance en Afrique ;
- la mobilisation des ressources locales ;
- Les Marchés publics ;
- L’audit et le contrôle des comptes
- La Responsabilité sociale ;
- Les institutions et processus électoraux ;
- La Réforme des administrations publique.

Les résultats attendus sont les suivantes :

1. Le renforcement et l’actualisation des capacités de mise en œuvre des principes de gouvernance démocratique, responsable et de développement en Afrique, notamment celles des acteurs non étatiques.

2. L’identification et la formulation de nouvelles idées, propositions et messages stratégiques pour l’efficacité du développement et la gouvernance du développement.

3. L’aide à la décision en matière de gouvernance pour les décideurs africains et les partenaires au développement.

4. L’établissement de réseaux thématiques et de communautés de pratiques.

5. L’accompagnement du changement au niveau des institutions et des individus dans les différents aspects de la gouvernance de développement.

Les activités mises en œuvre pour parvenir à ces objectifs comportent des ateliers de renforcement des capacités ciblés et ouverts à des publics spécifiques ; les publications de documents de recherche sur de nouvelles idées et innovations en matière de gouvernance démocratique et développement en Afrique ; l’élaboration et la diffusion des outils et des notes d’orientation pour aider les stagiaires à la mise en œuvre de meilleures pratiques sur ces questions.

Publié le 26 août 2009