Accueil > Actualités > Upcoming News > Vers la mise en œuvre de la stratégie régionale de lutte contre la piraterie (...)

Vers la mise en œuvre de la stratégie régionale de lutte contre la piraterie et autres actes illicites commis en mer dans le Golfe de Guinée

La Communauté Économique des États d’Afrique Centrale (CEEAC), la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Commission du Golfe de Guinée (CGG) se sont réunis, avec l’appui des Nations Unies, aujourd’hui à Dakar, pour discuter de la mise en œuvre de la stratégie régionale sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée.

Cette rencontre de haut niveau s’inscrit dans le cadre du suivi des décisions du Sommet sur la sûreté et sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée qui s’est tenu à Yaoundé les 24 et 25 juin 2013. Au cours du sommet, les chefs d’Etat et de gouvernements des trois organisations avaient adopté les documents posant les bases d’une stratégie intégrée et ce, en réponse à la requête du Conseil de sécurité des Nations Unies.

A Dakar, les organisations ont franchi une nouvelle étape vers la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la piraterie, les vols à main armée et les autres activités illicites dans leur espace maritime commun. Elles ont créé un groupe de travail inter régional en charge de concevoir les outils de coopération et de coordination, pour lequel elles ont adopté les termes de référence, le budget et le plan de travail 2013-2014. Ce groupe aura, entre autres, pour mission de faciliter la mise en place d’un Centre Inter régional de Coordination (CIC) dont le siège est au Cameroun.

Organisée par la CEDEAO, avec l’appui du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA), la conférence de Dakar a réuni M. Kadré Désiré Ouedraogo, Président de la Commission de la CEDEAO, le Général Pierre Garcia Babouma, Secrétaire Général adjoint de la CEEAC, Mme Florentina Adenike Ukonga, Secrétaire Exécutive adjointe de la Commission du Golfe de Guinée (CGG), M. Said Djinnit, Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) pour l’Afrique de l’Ouest et chef du Bureau de Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA) et M. Abou Moussa, RSSG pour l’Afrique Centrale et chef du Bureau de Nations Unies pour l’Afrique Centrale (UNOCA). Les représentants des organisations partenaires, des agences des Nations Unies et du Cameroun, pays hôte du CIC, étaient aussi présents.

« Les fléaux que constituent la piraterie, le terrorisme, l’extrémisme, et le grand banditisme en mer, ainsi que d’autres actes de criminalité organisée, dirigés contre notre domaine maritime commun, s’ajoutent à d’autres facteurs et constituent une menace pour notre sécurité collective. Notre présence aujourd’hui est une illustration claire de notre engagement à relever ces défis dans l’intérêt collectif de nos différentes régions », a déclaré M. Kadré Désiré Ouédraogo, qui présidait la réunion.

Dans ce processus, les organisations régionales sont appuyées par les Nations Unies à travers l’UNOCA, l’UNOWA, l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (UNODC), en vertu des résolutions 2018 (2011) et 2039 (2012). Celles-ci demandent au Secrétaire Général de l’ONU de soutenir l’élaboration d’une stratégie régionale commune de lutte contre la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée. Le Secrétaire général Ban Ki Moon a personnellement encouragé les États membres de la région à signer et à mettre en œuvre le Code de conduite sur la prévention et la répression des actes de piraterie, des vols à main armée à l’encontre des navires et des activités maritimes illicites en Afrique de l’Ouest et du Centre. Il a lancé un appel aux partenaires bilatéraux, régionaux et internationaux à fournir les ressources nécessaires.
Source : UNOWA

Publié le 26 octobre 2013

Suivez nos tweets Suivez nous sur facebook Google+